Honoré Daumier
La Chute d'Icare
Tandis que le soleil lui rôtissait les ailes, /Son vieux gredin de père auteur de ce moyen, /Disait, le voyant choir des voûtes éternelles /Décidément ça ne vaut rien. (Un poète qui ne va qu'en fiacre)
Planche n 31 de la série Histoire ancienne.
1842. Lithographie, 3e état sur 4, avec la lettre (avec les corrections). Épreuve sur blanc, don A. Curtis en 1949. 25,6 x 20,7 cm. Delteil 955.
Le 4e état a été publié dans Le Charivari, le 20 octobre 1842.
BnF, Estampes et Photographie, Rés. Dc-180b (18)-Fol.
Après avoir lu Télémaque, L'Iliade et L'Odyssée, selon le témoignage de Jean Gigoux (Causerie sur les artistes de mon temps, p. 54), Daumier entreprend une suite de cinquante lithographies (publiées dans Le Charivari, entre décembre 1841 et janvier 1843), consacrées à l'histoire et à la mythologie antiques. La caricature, alliée à la parodie, lui permet de tourner en dérision tout l'arsenal conventionnel de l'académisme de la peinture néo-classique et de donner ainsi, selon Baudelaire, la meilleure paraphrase du vers célèbre : "Qui nous délivrera des Grecs et des Romains ?" .
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander