Le banquet du Faisan
L’Ordonnance du banquet
Paris, Bibliothèque nationale de France, Mss, fr. 11594, f. 193
© Bibliothèque nationale de France
Le 17 février 1454, Philippe le Bon tenait à Lille une fête d'une richesse et d'une exubérance qui étonnèrent ses contemporains : le banquet du Faisan. Puisant dans l'imaginaire chevaleresque, le duc de Bourgogne prononça, sur un faisan qu'on avait apporté devant lui, le vœu solennel d'aller délivrer Constantinople prise par les Turcs l'année précédente. La cérémonie répondait au rituel païen qui faisait jurer les participants à une entreprise sur un animal qu'ils se partageaient ensuite. Après le duc, les représentants de la noblesse de la cour de Bourgogne prononcèrent eux aussi le vœu de croisade. Le banquet du Faisan avait été délibérément conçu comme une manifestation exceptionnelle afin de donner au vœu de croisade du duc et de sa noblesse un retentissement puissant non seulement dans les pays bourguignons mais aussi dans les pays voisins. Une fois la fête passée, Philippe le Bon devait mettre en place les conditions politiques et militaires nécessaires à la réalisation de son projet. Finalement, l'engagement pour la croisade ne sera pas tenu mais il aura permis d'établir des relations entre la cour de Bourgogne et l'Orient.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander