Charles le Téméraire en tenue de deuil noire, à la mort de Philippe le Bon
George Chastellain, Chronique des ducs de Bourgogne
Paris, Bibliothèque nationale de France, Mss, fr. 2689, f. 10
© Bibliothèque nationale de France
Les ducs de Bourgogne commandent des chroniques pour asseoir leur légitimité et s'inscrire dans une histoire dynastique, à l'image des rois de France et d'Angleterre. Celle-ci, a été écrite par Georges Chastellain, historiographe de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire. La Chronique commence avec l’assassinat de Jean sans Peur à Montereau, en 1419, et s’arrête en 1474, à la mort de l'auteur.

La miniature fait suite au récit des funérailles de Philippe le Bon : Charles, en deuil de son père, trône dans une tenue noire. Il porte la Toison d’or et appuie la tête dans sa main. Son regard, las, se tourne en direction de Chastellain, qui se tient à sa droite, les cheveux blancs, un livre sous le bras, en avant des chevaliers de la Toison d’or. Le chroniqueur du duc est en effet chancelier de l'ordre. Les deux allégories qu’il invoque à des fins consolatrices se présentent à genoux devant Charles : l’une masculine, est l'Entendement, l’autre féminine, la Connaissance de soi. À la gauche de Charles, les bourgeois à genoux sont précédés de deux femmes dont la différence d’âge laisse supposer qu'il s'agit de Marguerite d’York, la femme de Charles, et Marie de Bourgogne, sa fille unique. La scène prend place dans une galerie, dont les arcatures ouvrent sur la vue d’un palais donnant sur un vaste jardin, bordé d’une enceinte.

Le visage de femmes est rehaussé de blanc ; celui des hommes d’argent. L’image est produite bien après la mort du dernier duc de Bourgogne. Les vêtements mêlent des modes d’époques différentes. Les robes des princesses correspondent au XVIe siècle. Si la coiffe de la plus jeune date des environs de 1500, celle de sa mère n’avait pas cour avant 1520. L’artiste, peut-être Simon Bening, propose un véritable tableau. Le modelé des personnages, de grande qualité, est typique de ce maître. La perspective, derrière le duc, laisse apparaître un paysage fait de bâtiments et de grands espaces vides, habités par quelques minuscules personnages.

Charles le Téméraire, le fils de Philippe le Bon, est le dernier des ducs de Bourgogne. Il meurt en 1477 sous les murs de Nancy sans parvenir à se constituer un empire allant de la mer du Nord à la Méditerranée comme il en avait l'ambition. À sa mort, le comté de Flandre et les Pays-Bas méridionaux passent dans la maison des Habsbourg tandis que la couronne de France retrouve le duché de Bourgogne.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander