Conférence de diplomates
Justification de la France contre l’Angleterre
Le Maître de la Vraie Cronicque descoce, enlumineur, Bruges, 1464-1467.
Parchemin, 78 f., 308 × 220 mm, 1 miniature
Provenance : Philippe le Bon
Bruxelles, KBR, ms. 9469-70
© Bibliothèque royale de Belgique
Ce recueil comporte deux textes. Le premier, une Justification de la France contre l’Angleterre, est ouvertement anti-anglais. Bien qu’anonyme, il pourrait avoir été écrit par Guillaume Cousinot II de Montreuil. Le second texte est intitulé la Vraie Cronicque descoce. La relation des événements de cette chronique s’arrête à la Toussaint 1463 et la rubrique située en tête du texte comporte la date de 1464. Le recueil fut probablement composé en relation avec les négociations francoanglaises de 1464 dont le médiateur était le duc de Bourgogne, Philippe le Bon. Bien que ne comportant aucun emblème héraldique du duc, le manuscrit de Bruxelles est mentionné dans l’inventaire de ses livres réalisé après sa mort en 1467, comme étant « intitulé au dehors : Croniques d’Escoces ». Il peut donc être daté des années 1464-1467.
Une seule miniature (f. 1) orne ce manuscrit. Elle représente deux diplomates en discussion, chacun accompagné de quatre personnages. Elle peut être attribuée à un maître anonyme proche collaborateur de Willem Vrelant et nommé, d’après ce manuscrit, le Maître de la Vraie Cronicque descoce par Bernard Bousmanne. Proche de Willem Vrelant d’un point de vue stylistique, sa maîtrise technique est cependant plus faible. Il s’attache à réaliser des personnages qui ne jureront pas avec ceux de son prestigieux collaborateur mais il lui manque de toute évidence la minutie et le talent dont fait preuve Vrelant dans le modelé des carnations et des drapés. Ses personnages sont ainsi plats, les traits du visage quelque peu grossiers. Leur mine triste aux yeux caractéristiques est sa marque de fabrique.
Un second volume (Paris, BNF, Mss, fr. 5058), ne comportant cependant que le texte de la Justification de la France contre l’Angleterre, appartient à la même famille textuelle. Il ne comporte lui aussi qu’une miniature frontispice, illustrant le même sujet, peinte par le même artiste. Dans son étude du texte de la Justification, Craig Taylor signale un troisième manuscrit (Paris, BNF, Mss, NAF 6214) qui appartient à la même famille textuelle que les deux volumes déjà cités. Le texte de la Justification de la France contre l’Angleterre y est accompagné de la Vraie Cronicque descoce, comme dans l’exemplaire ducal. L’écriture, les initiales et la décoration marginale sont, en revanche, proches de celles du volume conservé à Paris. Malheureusement, le feuillet qui devait contenir la miniature frontispice a disparu. Ilona Hans-Collas et Pascal Schandel posent l’hypothèse que ce troisième manuscrit a pu également être illustré d’un frontispice de la main du Maître de la Vraie Cronicque descoce.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu