Médée tuant le fils de Jason.
Jason assailli par Butorus
Préparatifs de Médée pour rajeunir Éson.
Raoul Lefèvre, Histoire de Jason
Liévin Van Lathem, enlumineur, Anvers, vers 1470.
Parchemin, 163 f., 388 × 273 mm, 18 miniatures à mi-page
Provenance : Louis de Gruuthuse
Paris, Bibliothèque nationale de France, Mss, fr. 331, f. 132
© Bibliothèque nationale de France
Avant d’être identifié comme Liévin Van Lathem par Antoine De Schryver, le miniaturiste de ce superbe manuscrit avait reçu le nom de Maître de la Conquête de la Toison d’or.
Ce codex est le plus raffiné des quatre copies du texte de Lefèvre parvenues jusqu’à nous. Datable de la seconde moitié du xve siècle, il reste une des réalisations les plus originales et les plus importantes de Van Lathem. Étant donné l’intérêt de la cour de Bourgogne pour l’histoire ancienne et la mythologie, il n’est pas surprenant que Lefèvre ait dédié son texte, écrit aux environs de 1460, au duc Philippe. Celui-ci avait fondé l’ordre de la Toison d’or en 1430, incitant ses chevaliers à imiter l’exemple du héros grec Jason. Louis de Gruuthuse, propriétaire du manuscrit, avait lui-même été nommé chevalier en 1461. Le collier de l’ordre entoure ses armoiries. Une fois en possession de l’ouvrage, Louis XII, le roi de France, fit surpeindre les armes de Louis de Gruuthuse par les siennes. Dans l’explicit, il substitua son nom à celui du duc. La copie du texte est due à David Aubert, qui collabora également avec Van Lathem dans d’autres manuscrits réalisés pour Louis de Gruuthuse comme le Roman de Gillion de Trazegnies (Chatsworth, DC, ms. 7535).
L’histoire rappelle la légende grecque de Jason et des Argonautes, qui naviguèrent en mer Noire vers la Colchide pour s’emparer de la Toison d’or. La fille du roi de Colchide, l’ensorceleuse Médée, amoureuse de Jason, l’aida dans son entreprise. Dans la miniature, elle surprend Jason, célébrant ses noces avec Créüse, princesse de Corinthe. Médée, bafouée, arrive comme une furie, montée sur des dragons crachant des flammes, et tue à la fois Créüse et le fils de Jason. Van Lathem semble éprouver de la joie à l’évocation de cette scène dramatique mêlée de fantastique, dont les dragons colorés sont des acteurs singuliers.
Cependant, en dépit de l’attitude horrifiée des hôtes du banquet confrontés à l’apparition soudaine et incongrue de Médée, Van Lathem la dépeint plus en proie à une joie hystérique que menaçante. Elle paraît s’amuser.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander