Louis de Bruges devant une horloge astronomique
Henri Suso, Horloge de Sapience. Enluminure par le Maître de Marguerite d'York.
Bruges, vers 1470-1480..
Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, fr. 455 f. 9
© Bibliothèque nationale de France
Dans le sillage des ducs de Bourgogne de grands mécènes comme Louis de Bruges contribuent au développement du livre. Il est représenté ici, entouré de toute sa famille en frontispice d'un exemplaire de l’Horloge de sapience. Ses armoiries, entourées du collier de la Toison d’or, figurent dans la bordure inférieure.
Cette oeuvre en latin d’Henri Suso, un mystique rhénan du XIVe siècle, disciple de Maître Eckart et comme lui dominicain connut un large succès. Sa version française se diffuse chez les laïques et figure même dans les bibliothèques princières.

A l’ordinaire, les exemplaires illustrés montrent en frontispice l’allégorie de la Sagesse (« Sapience ») réglant le mécanisme d’une horloge. L’objet symbolise la perfection du livre composé de vingt-quatre chapitres. Ici, pour ce manuscrit de luxe, le peintre, connu sous le nom de Maître de Marguerite d’York, propose une variante singulière et personnalisée à l’attention de son commanditaire. Pas d’allégorie féminine, mais un horloger couronné qui porte un costume aux manches jaunes et une barbe fournie. Il s’agit du roi Salomon, exemple de sagesse, cité comme tel dans le prologue et au début du premier chapitre. A ses pieds, une pince, un marteau et quelques rouages qui semblent avoir été remplacés, transformant par un curieux renversement l’adepte de la sagesse en une sorte de mécanicien.

Celui-ci semble s’adresser au commanditaire qui figure en pied, accompagné de toute sa famille. On reconnaît Louis de Bruges au collier de la Toison d’or. Sa femme, Marguerite de Borselen, se tient en retrait, coiffé d’un hennin à la mode du temps. Leurs enfants, filles et garçons, s’émerveillent de l’horloge astronomique dont le mécanisme apparent, les poids et les cadrans sont surmontés d’un carillon, puis d’un crucifix. Par cette mise en scène, l’artiste nous informe sur la valeur spirituelle de l’ouvrage sensé éveiller chez chacun, grand ou petit, homme et femme, l’envie d’une vie pieuse et exemplaire. Ce portait familial, très exceptionnel, est aussi un hommage au commanditaire.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander