Jean Miélot présentant sa traduction à Philippe le Bon
Jean Miélot dans son cabinet de travail
Buonaccorso de Pistoie, Débat de vraie noblesse
Jean Le Tavernier, enlumineur, Audenarde, après 1450.
Provenance : Philippe le Bon.
Parchemin, 48 + I f., environ 440 × 280 mm, 8 miniatures à mi-page
Bruxelles, KBR, ms. 9278-80, f. 10
© Bibliothèque royale de Belgique
Le Débat de vraie noblesse est la traduction de la Controversia de nobilitate, rédigée vers 1425 par l’humaniste Buonaccorso de Pistoie (vers 1391-1429). L’auteur imagine une discussion entre le patricien Publius Cornélius Scipion et le plébéien Gaius Flaminius, tous deux prétendants de Lucrèce, fille du sénateur romain Fulgence. Qui l’emportera, de la noblesse de sang ou de la noblesse de vertu ? Lucrèce porte son choix sur le représentant de la seconde. Le traducteur, Jean Miélot, est représenté en tête du prologue dans un intérieur domestique où le peintre semble se livrer à un exercice d’exhaustivité (âtre de briques avec chenets, carrelage de céramique, natte en osier, alcôve, mobilier ouvragé). L’œuvre originale est placée sur le pupitre haut ; le manuscrit est maintenu ouvert par un poids, alors que le traducteur, aussi calligraphe, semble mettre immédiatement au propre sa traduction, selon une mise en page conforme au canon bourguignon (grand format, écriture de grand calibre, marges importantes).
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu