Fol. 154v : Les Macédoniens attaqués par des géants
Jean Wauquelin, Les faits et conquêtes d'Alexandre le Grand
Flandre, atelier de Mons, 1448-1449.
Manuscrit de grand luxe réalisé à la demande de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, par Jean Wauquelin, compilateur et maître d'œuvre.
227 folios écrits sur vélin (43 x 21) en écriture bâtarde gothique par le copiste Jacques du Bois, orné de 82 peintures par deux miniaturistes.
Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 9342 fol. 154v
© Bibliothèque nationale de France
Après avoir échangé avec le peuple philosophe des Brahmanes, Alexandre installe son camp à l’orée d’une forêt. Une troupe de trois mille géants en surgit soudain et commence à lancer de grosses pierres qui s'avèrent vite très meurtrières. Alexandre a l’idée de faire pousser à ses hommes un hurlement qui terrorise les géants, ignorants des sons de la voix humaine. L’armée les poursuit et en tue un grand nombre. Elle profite ainsi, trois jours durant, des savoureux fruits donnés par les arbres de la forêt.

Une incarnation du chaos
Les géants sont des personnages traditionnels des chansons de geste et des romans médiévaux. Sauvages et dévastateurs, ils symbolisent le désordre qui s’oppose au monde de l’ordre que la chevalerie est en charge de faire respecter. Après les animaux, ils représentent les diverses formes du mal que le héros doit éliminer pour établir sur terre l’ordre voulu par Dieu. Les géants du roman d’Alexandre ont cependant pour particularité de se nourrir des fruits donnés par les arbres de la forêt, ces fruits dont l’armée macédonienne profitera trois jours durant une fois qu’elle les aura vaincus.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander