Fol. 185 : La mort de Bucéphale - La construction de Bucéphalie
Jean Wauquelin, Les faits et conquêtes d'Alexandre le Grand
Flandre, atelier de Mons, 1448-1449.
Manuscrit de grand luxe réalisé à la demande de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, par Jean Wauquelin, compilateur et maître d'œuvre.
227 folios écrits sur vélin (43 x 21) en écriture bâtarde gothique par le copiste Jacques du Bois, orné de 82 peintures par deux miniaturistes.
Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 9342 fol. 185
© Bibliothèque nationale de France
Epuisé par les campagnes incessantes et la traversée des déserts indiens, Bucéphale, le cheval d'Alexandre, meurt au grand désespoir de son maître. Le héros perd en lui son plus fidèle compagnon, capable de prédire l’issue des batailles. Après l’avoir enseveli dignement, il fait ériger en sa mémoire une grande cité, Bucéphala, qu’il peuple d’habitants dotés de privilèges exceptionnels.

Au regard de l'histoire
Le célèbre cheval d'Alexandre est mort en 326 avant J.-C. lors de la bataille d’Hydaspe contre le roi indien Poros. Les historiens rapportent que Bucéphale, déjà mourant, aurait emporté Alexandre au galop pour le mettre à l'abri des flèches ennemies, avant de s'écrouler, rassuré de voir son maître sain et sauf. Le cheval meurt peu après, laissant Alexandre en proie à une profonde tristesse. En souvenir de celui qu'il considérait comme un ami, le Macédonien fonde une Alexandrie Bucéphale, ou Bucéphala, sur le bord de l’Hydaspe (la rivière Jhelum dans l'actuel Pakistan), à l'endroit même où le cheval est mort. Une cité encore florissante au début de l'ère chrétienne.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander