Miniatures Flamandes

dossier pédagogique

 

Comment explorer un aspect de l'histoire ou de la littérature du XVe siècle à partir d'un document ?
Voici quatre fiches à télécharger

 

L'Apocalypse de saint Jean

La fiche explore l'Apocalypse de saint Jean à partir d'un manuscrit considéré comme un chef d'oeuvre de l'art de la miniature flamande. L'Apocalypse, signifiant en grec « dévoilement, révélation », est le dernier livre du Nouveau Testament, deuxième partie de la Bible pour les chrétiens, écrit vers 95 après J.-C. et attribué à saint Jean l'Évangéliste, considéré comme le disciple préféré du Christ. L'Apocalypse livre les visions prophétiques du disciple Jean annonçant l'avènement d'« un nouvel âge d'or », le retour à la perfection originelle avec la « Jérusalem céleste », riche d'espoir pour les chrétiens. Ce texte très populaire au Moyen Âge inspire de nombreux cycles iconographiques.

 Télécharger la fiche


voir le livre

Le grand Armorial équestre de la Toison d'or

Au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge, nombreux furent les princes chrétiens qui créèrent des ordres de chevalerie : ordre de la Jarretière en Angleterre, en 1348 ; ordre de Saint-Michel en France, en 1469. En 1430, Philippe le Bon crée à son tour, dans l'espoir de la délivrance des Lieux saints, un ordre prestigieux : l'ordre de la Toison d'or. Son nom, bien sûr, a été choisi en référence à Jason et à ses Argonautes, partis chercher la célèbre et légendaire Toison d'or, en Colchide (actuelle Géorgie). Philippe fonde cet ordre lors de son mariage avec Isabelle de Portugal. Son premier chapitre se tient à Lille, l'année suivante.
L'Armorial équestre de la Toison d'or, bien que maltraité par ses possesseurs et relieurs successifs, reste parmi les plus prestigieux armoriaux médiévaux. Il se compose de soixante-dix-neuf portraits équestres en pleine page, en tête desquels figurent l'Empereur et les princes électeurs, les douze pairs de France, plusieurs souverains d'Europe, puis les célèbres chevaliers de l'ordre, ainsi que des centaines d'écus classés par pays et marches d'armes, avec des noms et des esquisses de portraits.Cet ouvrage serait l'oeuvre d'un seul auteur, probablement originaire du nord de la France ou de la Flandre. Il aurait pris modèle sur les armoriaux équestres espagnols, très en vogue à cette époque. La vitalité de ses dessins en fait un exemple unique dans l'art du XVe siècle.

 Télécharger la fiche

 

Jean d'Avesnes, roman

Jean d'Avesnes est un roman, un ouvrage en prose qui raconte « l'istoire de très vaillans princes monseigneur Jehan d'Avesnes, du comte de Ponthieu, son fils, de monseigneur Thibault de Danmart et du souldan Salhadin ». Il relate les aventures d'une lignée de héros, lesquelles se déroulent à la fois en France et en Syrie. Par-delà les générations, le roman unit le fameux Saladin à Jean d'Avesnes, grand chevalier de son état ! Bien sûr, le récit et la généalogie sont complètement fantaisistes… Car le Saladin

« historique » mourut en 1193 et son prétendu descendant naquit en 1218.

 Télécharger la fiche

 

Les Chroniques de Froisssart

Les Chroniques de Jean Froissart sont une source documentaire extraordinaire sur les conflits qui opposent la France et l'Angleterre entre 1327 et 1400, même si l'auteur retrace également une partie de l'histoire européenne du XIVe siècle.
Écrites dans un style vivant, remplies d'anecdotes sur le monde aristocratique, sur ses joutes chevaleresques, sur ses entrées fastueuses : jamais Chroniques ne furent aussi exaltantes ! Cependant Froissart s'adresse aux princes, et c'est eux qu'il décrit. Son oeuvre fut rédigée pour un public anglo-flamand et fut sans cesse révisée au fil des années. On en connaît aujourd'hui plus de cent copies manuscrites, même si la diffusion sur le territoire français fut tardive (seconde moitié du XVe siècle).
Le manuscrit présenté dans cette fiche fait partie d'un ensemble de quatre volumes réalisés pour Louis de Bruges, seigneur de Gruuthuse, un noble flamand bibliophile. Les bibliothèques princières de la fin du Moyen Âge comportaient de nombreux ouvrages d'histoire. La soixantaine d'enluminures contenues dans les deux premiers volumes ainsi que les décors marginaux ont été réalisés par Loyset Liédet, un des enlumineurs attitrés de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire, ducs de Bourgogne.

 Télécharger la fiche

haut de page