Le portraitiste

 
   

Fouquet fut reconnu très tôt comme un maître du portrait : c'est à ce titre que lui fut commandée, lors de son séjour à Rome, une effigie du pape Eugène IV, œuvre perdue mais connue par deux copies partielles où se révèle déjà son approche très personnelle du genre, distincte de celle des Italiens et des Flamands, négligeant l'apparat mais insistant sur la position sociale et la psychologie du modèle et le présentant dans un cadre spacieux.
Le portrait du roi Charles VII et celui du chancelier de France Guillaume Jouvenel des Ursins, tous deux au Louvre, et le portrait de chanoine de la Pietà de Nouans témoignent de son talent hors pair de portraitiste, de même que son autoportrait sur émail du Louvre.

   

Par ses dessins, Fouquet apparaît comme un précurseur de Jean Clouet et de Holbein. D'excellentes copies du XVIe siècle d'après des dessins perdus en attestent également. Cette maîtrise du portrait s'affirme tout autant dans le petit format des manuscrits, où l'artiste inaugure un nouveau genre, le portrait collectif, qui met en valeur l'importance politique ou sociale d'un groupe.