Le portrait du bouffon Gonella

 
 

Ce petit portrait, au visage si mobile qu'on ne sait s'il est plutôt triste ou plutôt gai, est celui du bouffon Gonella : célèbre à la cour de Ferrare au temps de Nicolas III d'Este par la vigueur de ses réparties, il connut une fin tragique puisqu'il mourut de peur en simulant sa propre exécution. L'attribution de ce tableau à Fouquet est aujourd'hui loin de faire l'unanimité. Éléments matériels et éléments stylistiques interviennent dans ce débat :

- Le support en chêne du tableau a pu être daté du second quart du XVe siècle.
- Une analyse du panneau aux infrarouges a révélé la présence des notations de couleur en français.
- L'exploration savante des traits de bouffon et la vivacité de son visage attestent d'un art consommé du portrait en même temps que d'une forte influence de Van Eyck. Elle pourrait démontrer que Fouquet à ses débuts avait magnifiquement intégré les leçons des maîtres flamands et conduire à dater le tableau du début de la carrière de Fouquet, avant son voyage en Italie, donc aux alentours de 1440.
- Toutefois, le contraste entre le traitement expressif du visage et la relative maladresse qui affecte le traitement du vêtement aux plis raides et l'exécution de la main droite à demi cachée a de quoi laisser hésitant.

Pour fragiles que soient les propositions d'attribution à Fouquet de ce tableau, elles ont au moins le mérite de poser la question des influences flamandes sur le jeune artiste avant sa confrontation avec les chefs-d'œuvre de la Renaissance toscane.