L'autoportrait

 

Ce médaillon en émail figurait à l'origine dans l'encadrement du diptyque de Melun, commandé par Étienne Chevalier à Fouquet pour l'église Notre-Dame de Melun, comportant sur son volet droit une Vierge à l'Enfant entourée d'anges, sur son volet gauche un portrait d'Étienne Chevalier présenté par saint Étienne.

    Le premier autoportrait de peintre isolé
 

L'idée d'une effigie quasiment de face, cadrée dans un médaillon circulaire et parfois accompagnée de son nom en orle, remonte à l'Antiquité. L'usage s'en est maintenu aussi bien en Italie qu'en France dans des domaines très variés tout au long du Moyen Âge, par exemple sur les bordures de panneaux et de fresques, peut-être même aussi dans la glyptique et l'orfèvrerie, mais les exemples de portrait à proprement parler y sont rares. La plaque du Louvre semble bien être en tout cas le premier autoportrait de peintre isolé, et non plus intégré à une scène, qui soit conservé (bien qu'il ne soit pas totalement indépendant puisqu'il prend place au sein d'un diptyque). Fouquet aurait développé l'idée de se portraiturer en marge d'un de ses tableaux en Italie, au contact d'artistes nourris de culture humaniste, prompts à revendiquer pour leur discipline le statut d'art libéral. On peut invoquer à titre d'antécédents les autoportraits, pareillement inclus dans leur œuvre ou en périphérie de celle-ci, faisant office de signatures, de deux sculpteurs florentins : l'image de profil d'il Filarete sur la porte en bronze de Saint-Pierre de Rome, sans doute réalisée à l'époque du séjour du peintre français dans la Ville éternelle, et surtout, car ils sont tous deux de face, les deux autoportraits de Ghiberti au baptistère de Florence. Sur l'émail du Louvre, l'effigie de l'artiste est légendée, telle une médaille, par les lettres de son nom, de cette belle écriture à l'antique et avec son prénom en latin, comme s'il voulait à la fois revendiquer la paternité d'une œuvre d'exception et se désigner à la Vierge ou à la postérité.

    Le procédé du camaïeu d'or

 

De ce procédé du camaïeu d'or, dont l'émaillerie contemporaine ne fournit aucun exemple vraiment comparable, les témoignages abondent, en revanche, dans les miniatures de Fouquet et en particulier dans les Heures d'Étienne Chevalier. Le procédé lui-même du camaïeu d'or n'est peut-être pas, dans le domaine de l'enluminure, une invention de Fouquet : dans la décoration du Mare historiarum, il est arrivé au Maître de Jouvenel de superposer de l'or sur une couleur sombre pour peindre une étoffe ou remplir la panse d'une initiale. Mais c'est à Fouquet qu'il appartiendra de faire de ce procédé une utilisation moins abstraite et de l'intégrer véritablement à une représentation. L'engouement de Fouquet pour le camaïeu d'or n'est sans doute qu'une des facettes de sa "passion pour la lumière dorée", de cette inlassable curiosité à explorer, à des fins luministes, illusionnistes, symboliques ou simplement décoratives, les innombrables ressources de ce matériau. Dans le diptyque de Melun, son œuvre sur bois la plus somptueuse, le camaïeu d'or utilisé sur les médaillons du cadre jouait avec l'éclat doré des parements de la dalmatique de saint Étienne, martelés par endroits de petits points, et des fermails du livre, ouvragés en petits damiers, pour exalter le contraste saisissant entre le chromatisme puissant et les blancs immaculés des deux volets.