Le Songe de Dagobert

Parmi les cinquante et une miniatures consacrées par Fouquet à l'illustration du manuscrit des Grandes Chroniques de France, le Songe de Dagobert occupe une place bien particulière. Son sujet tranche en effet avec les innombrables scènes de batailles, de sacres ou d'entrées royales exaltant la geste des rois, affirmant avec éclat leurs hauts faits de bravoure et leur généalogie glorieuse dans un but d'édification du lecteur. Le royal écolier fuyant les représailles paternelles peut difficilement passer pour un exemple à suivre ! Pourtant le récit d'un épisode miraculeux et son inscription dans l'église de Saint-Denis revêtent une importance idéologique dont la portée s'étend à l'ensemble des Grandes Chroniques. Cette peinture est aussi un témoignage éclatant de l'art de Fouquet, art du récit, art de la composition, art du paysage.

    Des rois protégés de Dieu
   

La protection recherchée par le jeune Dagobert auprès de saint Denis lui assure une miraculeuse impunité tout en conférant à l'histoire royale l'aura mystérieuse d'une histoire sacrée, marquée par le surnaturel et renouant avec le thème biblique de l'élection divine. Le thème du songe est lui aussi un thème biblique : songe de Jacob (Genèse, chap. 28) qui reçoit dans un rêve la promesse d'une innombrable descendance et qui voit dans la pierre sur laquelle il s'est endormi le fondement d'une maison de Dieu ; songe de Joseph, fils préféré d'Israël ; ou songes de Joseph, époux de Marie, y apparaissent comme une visitation divine réservée à l'exilé, à l'errant menacé.
Mais c'est l'ensemble du texte des Grandes Chroniques, rédigé jusqu'en 1350 par les moines de l'abbaye de Saint-Denis, Primat d'abord, puis Richard Lescot, qui est tout entier placé sous le patronage du saint, dont Primat affirmait qu'il "estoit après Dieu especiaus defenderres des rois et dou regne".
Le choix fait par Fouquet d'illustrer cet épisode extraordinaire est donc hautement significatif du contexte politique qui imprègne la réalisation de ces cinquante et une miniatures, à la demande de Charles VII ou de son entourage. L'image vient conforter le plaidoyer du texte en faveur de la monarchie et de la légitimité dynastique des rois de France protégés par Dieu. La figure de Dagobert rejoint ici celle des exilés glorieux dont les tribulations mythiques, rivalisant avec les aventures d'Énée, constituent, selon les auteurs successifs des Chroniques, l'origine de la royauté française.

    Art du récit
 
   

Fouquet saisit avec force le moment précis du miracle. Il rend visible une force invisible, sous la forme d'un mouvement arrêté, d'un suspens théâtral du geste. Le jeune prince est endormi au pied de l'autel, une grande ouverture dans le mur de la chapelle permet de l'apercevoir allongé, couché sur le côté, dans son habit de cour rouge et bleu. Derrière le dormeur en proie à la visitation divine, il y a la nuit, une sorte de vide noir dont la force semble frapper de paralysie la première vague de soldats. Au centre du tableau, un soldat, saisi, lève le bras comme s'il cherchait à se protéger d'une force invisible que son geste rend palpable. Son voisin de gauche semble tendre l'oreille. Plus loin, sur la droite, le deuxième groupe armé s'arrête lui aussi, pétrifié par la stupeur. Clotaire avait en effet envoyé à deux reprises ses sergents à la recherche de son fils : il y a sans doute ici une manière de proposer dans une seule image les deux épisodes répétés.

    Art de la composition
 

L'acteur principal de la scène est décalé fortement sur la gauche et allongé dans une horizontalité qui semble donner le signal d'une sorte de déséquilibre. L'impression vive du mouvement est donnée par le déploiement en arc de cercle de la première troupe qui crée un effet d'encerclement. Fouquet utilise ici, comme dans nombre de miniatures des Grandes Chroniques, des éléments de perspective curvilinéaire, dont le principe consiste à placer le sujet du tableau dans une sphère. Les lances des soldats s'élèvent droites au fond de la scène et semblent s'affaisser en approchant de la chapelle ; on dirait que celle du devant va tomber. Cette décomposition savante du mouvement produit l'illusion d'assister à la scène en train de se jouer, comme au théâtre. La répétition du bleu et du rose qui éclaire l'habit de Dagobert, mais aussi des soldats, constitue une sorte d'écho chromatique et contribue à "tisser" l'action. Enfin, le blanc lumineux qui borde le toit de la petite chapelle semble se répandre par petites touches successives aux champs puis aux maisons lointaines. Il contribue, par son expansion, à la création d'un espace en profondeur et participe de cette maîtrise de la perspective aérienne ou art de restituer l'étagement des couleurs en fonction de la distance, dans laquelle Fouquet excelle.

    Art du paysage
 
   

Traitée en contre-jour avec ses taches d'ombre brun rosé et ses éclats de lumière blanche, la silhouette de Paris se détache avec précision sur le fond estompé des collines. La technique quasi impressionniste de ce paysage parisien évoque plus l'œuvre d'un peintre que d'un miniaturiste. On y reconnaît à gauche Notre-Dame. Son inscription en arrière-fond défiant la vérité historique permet d'une certaine manière au peintre de se mettre en scène comme témoin oculaire, comme observateur distancié. On reconnaît également le palais de la Cité et la tour de Nesles. Le clocher de gauche est peut-être celui de Sainte-Geneviève, le clocher du centre est peut-être celui de Saint-Julien-le-Pauvre.
La position de la cathédrale, légèrement de trois quarts par rapport au spectateur, donne à penser que c'est du nord que Fouquet a dessiné cette vue, depuis les hauteurs de Montmartre. L'art de Fouquet ne laisse rien au hasard. C'est un art savant qui compose et construit l'espace avec rigueur. Pour autant il n'y a rien en lui de figé. Avec une liberté souveraine, il déploie un sens théâtral de la mise en scène et des situations, animé par un souci réaliste du geste dans son instantanéité, du mouvement dans sa vivacité. L'histoire des hommes s'y donne cours dans un paysage harmonieux et vaste, rendu avec un sens du détail où se laisse deviner un sens aigu de l'observation.