L'œil du spectateur

 
   

Dans les Grandes Chroniques de France, Fouquet emprunte un motif aux "Primitifs" flamands et le transforme de manière significative. Dans la miniature illustrant le règne de Louis X le Hutin, on aperçoit un petit homme vu de dos, accoudé dans l’embrasure d’un créneau, guidant notre regard vers l’épisode décrit à l’arrière-plan.

   

C’est à Jan Van Eyck que revient le mérite de cette trouvaille. Le guetteur apparaît, dans une semblable posture, penché derrière le mur du jardinet de la Vierge du chancelier Rolin et flanqué d’un compagnon. Fouquet a dû être séduit par l’ingénieuse formule d’un personnage relayant en quelque sorte l’œil du spectateur au sein même de l’image. Dans une autre illustration des Grandes Chroniques de France, il inverse le point de vue et montre le même homme de face, totalement indifférent à la cérémonie du couronnement de Louis VI le Gros se déroulant juste derrière lui, absorbé qu’il est par la contemplation des reflets dessinés sur l’eau par une douce lumière vespérale.