Les italiens, inventeurs de la perspective

    
 

Filippo Brusnelleschi, célèbre architecte du XVe siècle, étudia vers 1420, la coupole de la cathédrale de Florence et inventa une manière astucieuse dessiner la coupole en perspective à partir d'un dessin en plan et d'un autre en élévation. Cette découverte lui permit de déterminer le point de fuite.

L'architecte Alberti continua l'œuvre de Brusnelleschi. Dans un livre intitulé De la Peinture qu'il dédie à Brusnelleschi, il explique que le peintre doit regarder le tableau au travers d'un voile imaginaire, de telle sorte que les rayons lumineux allant du modèle à l'œil du spectateur, dessinent ce modèle en traversant le voile. Alberti définit une méthode très précise pour dessiner une mosaïque en perspective frontale. Vers le milieu du XVe siècle, la perspective devint une obsession chez les artistes italiens férus de géométrie. Ces peintres du début de la Renaissance se consacrent à la perspective frontale, le spectateur faisant face au tableau.