Remise d'une traduction au duc de Bourgogne

Brocard d'AlIemand, Advis directif pour faire le passage d'outremer
Bertandon de la Broquière, Voyage d'outremer
Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 9087, fol. 1


Le "réalisme" et le sens de l'observation, qui trouveront leur aboutissement dans la peinture des Pays-Bas flamands de la première moitié du XVe siècle illustrée par Jan Van Eyck, le Maître de Flémalle et leurs successeurs, se manifestent déjà dans les manuscrits enluminés à la cour de Bourgogne du temps de Philippe le Bon (1419-1467). C'est pour ce dernier que fut exécutée, en 1458, cette copie de I'Advis directif pour faire le passage d'outremer du dominicain Brocard d'AlIemand traduit du latin vers 1445-1457 par le chanoine de Lille, Jean Miélot.

La première miniature du manuscrit de présentation, attribuée à l'enlumineur d'Audenarde Jean Le Tavernier, représente l'auteur de la traduction remettant son ouvrage au duc de Bourgogne. La scène se déroule dans un intérieur bourgeoisement meublé. Assis sur un banc de bois adossé à trois fenêtres dont l'une offre une vue sur le paysage extérieur, Philippe le Bon est élégamment vêtu de noir et or. Deux membres de l'assistance arborent, comme leur maître, le collier de l'ordre de la Toison d'or. Aux pieds du duc, soutenant ses souliers à la poulaine, ces curieuses socques de bois surélevées si répandues dans les provinces du Nord, en raison du climat pluvieux. Un dressoir et une étagère chargés de vaisselle occupent le mur du fond.

Les armoiries de Bourgogne, surmontées d'un cimier à fleurs de lis entourées par le collier de la Toison d'Or et soutenues par deux lions, constituent une sorte d'ex-libris soulignant la position éminente du destinataire.