Les châteaux
   
 

Le château apparaît souvent comme un point de passage obligé d’une aventure, le relais d’une narration à travers la halte qu’il propose aux personnages. Dans Perlesvaus, tous les châteaux portent un nom qui sont autant de personnifications : château de l’Ermite noir, de la Dame Veuve, de la Pucelle Orgueilleuse, du roi Pêcheur… Au-delà du lieu, ce sont des personnages que Perlesvaus doit rencontrer pour mener à bien sa quête. Au fil des récits, le château peut symboliser l’enfermement (Guigemar) ou la protection (le château de la Joyeuse Garde dans La Mort du roi Arthur) ; opposer le haut et le bas par le biais des donjons, des tours et des enceintes ; varier les points de vue – y compris narratifs – par la distance qu’il implique. Il est aussi, les Chroniques de Froissart le soulignent, un espace à conquérir, par la ruse ou par la force.

 
 


Sous haute surveillance
Un roi soupçonneux
Le malheur d’être la fille d’un roi
Le château de l'Ermite noir
Le château de la Dame Veuve
Le château de la Pucelle Orgueilleuse
Le château de Grande Défense
Le château tournoyant
Le château du roi Pêcheur
Le château des Âmes
Le château de la Joyeuse Garde
Le château des Pucelles
L’assaut final
Conquête par la ruse
Conquête par la force
Construction du château de Lusignan