Transformation de la pierre brute en pierre cubique
Abraham Bosse, Girard Desargues, La Pratique du trait à preuves, de M. Desargues pour la coupe des pierres en l’architecture, Paris, P. Des-Hayes, 1643, 8°.
Livre imprimé, 220 x 260 mm (ouvert)
BnF, Réserve des Livres rares, RÉS-V-2225, gravure n° 11
© Bibliothèque nationale de France
Le célèbre graveur Abraham Bosse (1602-1676) entreprit d’illustrer le manuel d’architecture de son ami l’ingénieur lyonnais Girard Desargues (1591-1661), qui comptait montrer le bien-fondé de la « géométrie projective », dont il est considéré comme l’inventeur. Le commentaire de Desargues pour cette gravure n° 11 commence ainsi : « J’ai dit que les trois beveaux [équerres à branche mobiles], des face et route nivelées, de face et niveau, et de face et chemin, par lesquels on commence le trait sont cogneus avant toute autre chose, et la première occasion où vous vous en pouvez servir, est de faire le pied droit d’une porte. / Et cela de deux manières, l’une est en appliquant effectivement ces beveaux et un equierre à la pierre, en la même sorte que les figures d’en haut représentent […]. / L’autre est en faisant avec ces beveaux et l’équierre, le trait que je vay dire […] et pour ce faire, figure d’embas, tirez à la règle une ligne PAB… » (Ibid., f. suiv. la gravure 11, r°.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu