Les « chartes » Saint-Clair
Les « chartes » Saint-Clair
Un témoignage important sur l’organisation des maçons en Écosse, au XVIIe siècle
Lettre de requête des maçons écossais adressées à William Saint-Clair, 1601.
Manuscrit, papier, 1 feuillet
Édimbourg, bibliothèque de la Grande Loge d’Écosse
© Bibliothèque de la Grande Loge d’Écosse
Dans ces lettres, les maçons de différentes loges d’Écosse, n’ayant pas les moyens de recourir à la justice, s’adressent à William Saint-Clair, seigneur de Roslin, sollicitant sa protection et lui demandant d’arbitrer leurs éventuels conflits. La première lettre, en 1601, ne semble pas avoir abouti, puisqu’en 1628 les maçons adressèrent une deuxième lettre similaire à son fils. Ces lettres, baptisées « chartes » par des érudits du XVIIIe siècle, furent magnifiées et mises en avant au moment de la fondation de la Grande Loge d’Écosse, en 1736, pour suggérer que l’Écosse reconnaissait de longue date l’autorité d’un grand maître. De plus, les Saint-Clair étant les bâtisseurs de la chapelle de Rosslyn, ces deux « chartes » furent utilisées par les fabricants de la légende maçonnico-ésotérico-templière écossaise relative à ce lieu, dans l’ambiance romantique du XIXe siècle.
La charte de 1601 commence ainsi : « Be it kend till all men be thir present letters ws Deacons Maistres and freemen of the Masons within the realme of Scotland with express consent and assent of Wm Schaw Maister of Wark to our Souane Lord ffor sa meikle as from aige to aige it has been observit amangis that the Lairds of Rosling has ever been Patrons and Protectors of us and our priviledges… » (Qu’il soit connu à tous les hommes par la présente, par nous diacres, maîtres, hommes libres des Maçons dans le pays de l’Écosse, avec le consentement exprès et l’assentiment d’Ilias Schaw, Maître des Travaux, que notre Lord Souverain tel qu’a été observé pendant des siècles parmi nous, que les Lords of Roslin ont toujours été Patrons et Protecteurs de nous et nos privilèges…)
Et en voici la fin, où figure la signature de William Schaw (ainsi que celle d’un maçon d’Achieson Heaven) :
« […] sua that hereafter we may acknawlege him and his airis as our patrone and judge under our Souerane Lord without ony kind of appellation or declynyng from his judgement with power to the said Williame and his airis to depute judges ane or mae under him and to use sick ampill and large jurisdictione upon us and our successors als weill as burghe as land as it shall pleise our Souerane Lord to grant to him & his airis. William Schaw, Maistir of Wark. Edinburgh. » ([…] de sorte qu’après nous pouvons reconnaître lui et ses héritiers comme notre patron et juge sous le Souverain Lord, sans aucune sorte de nom ou déviation de son jugement, avec le pouvoir dudit William et ses héritiers à députer des juges, un ou plusieurs, sous lui [sous sa supervision], appliquant toute juridiction sur nous et nos successeurs, dans les villes et campagnes, comme il plaira à notre Souverain Lord de permettre à lui et ses héritiers.
William Schaw, Maître des Travaux, Édimbourg, […] William Aittoun Achieson Heaven…)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu