Jean-Théophile Désaguliers (1683- 1744)
Par Hans Hysing
Réédition d’une estampe de P. Pelham.
Papier, 50 x 387 mm
Paris, musée de la Franc-maçonnerie
© Musée de la Franc‑maçonnerie
Fils d’un pasteur protestant de La Rochelle, contraint à l’exil lors de la révocation de l’édit de Nantes, en 1685, Jean-Théophile Désaguliers (1683-1744) effectua des études de théologie à Oxford avant de devenir, après son ordination comme diacre (1710) puis comme prêtre de l’Église anglicane (1717) et son doctorat en droit canon (1718), le chapelain de grands aristocrates whigs (le duc de Chandos) puis du prince de Galles, Frédéric Louis, en 1727. Féru de sciences, il fut également chargé, dès 1710, de l’enseignement de la philosophie expérimentale à Oxford avant d’être admis, en 1714, à la Royal Society, qui en fit, à partir de 1716, son inamovible conservateur. Disciple d’Isaac Newton, il contribua également, par de multiples conférences, à la diffusion et à la vulgarisation de ses thèses sur la gravité et la lumière dans les cercles londoniens acquis aux idées nouvelles.
Reçu maçon, à une date demeurée inconnue, au sein de la loge Rummer and Grapes, il fut élu, le 24 juin 1719, troisième grand maître de la Grande Loge de Londres. Il assura ensuite, à deux reprises (1722-1723 et 1726), la fonction de député grand maître ainsi que le vénéralat de quatre ateliers (The French Lodge at Solomon’s Temple, The Lodge of Antiquity, Bear and Harrow Lodge et University Lodge). Il donna alors une impulsion décisive au développement puis au rayonnement de l’obédience en suscitant l’intérêt puis l’adhésion de membres éminents de la noblesse et de la gentry hanovriennes (les ducs de Montagu et de Richmond, grands maîtres respectivement en 1721-1722 et 1724-1725) et de personnalités reconnues des sciences (ses collègues de la Royal Society John Beale, Martin Folkes et Martin Clare, députés grands maîtres en 1721, 1724-1725 et 1741) et des arts (les peintres John Thornhill et son gendre William Hogarth, respectivement premier grand surveillant en 1729 et grand steward en 1734).
Jean-Théophile Désaguliers joua également un rôle déterminant dans la rédaction des premières Constitutions de 1723, en y introduisant notamment des éléments déistes, libéraux et newtoniens ainsi que des références à l’architecture palladienne. Convaincu dès 1725 de la nécessité de donner à la Grande Loge de Londres une orientation philanthropique, il favorisa enfin la création, en 1730, d’un comité de charité chargé de distribuer des secours aux membres nécessiteux et à leurs familles. F. D.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu