Aux origines du « rite de perfection » (ou du « Royal Secret »)
Manuscrit Saint-Domingue 1764, vers 1770.
Planche aquarellée extraite du manuscrit et dépliée, papier, 537 x 405 mm (livre, 210 x 280 mm, ouvert)
BnF, département des Manuscrits, Baylot FM4 (15), f. 76
© Bibliothèque nationale de France
La planche aquarellée porte la légende : « Tableau qui représente le Camp des princes du Royal Secret 32e degré du rite ancien et accepté ». Sur le manuscrit, une note collée à l’intérieur du plat supérieur mentionne : « Ce manuscrit […] a été copié très probablement par un officier du régiment de Foix, de 1760 à 1770, qui dut aller tenir avec son régiment garnison à Saint-Domingue […]. » C’est la plus ancienne pièce connue sur la série des grades du « rite de perfection », et le manuscrit émane probablement de l’entourage même de son fondateur, Étienne Morin. Cette magnifique image du Camp des princes du Royal Secret remonte très probablement au tout début de la pratique du grade, autour de 1764.
Ce recueil est l’une des sources du manuscrit Franken, document essentiel pour le rite écosssais ancien et accepté, et qui porte le nom de l’homme qui contribua à diffuser ce système maçonnique dans le Nouveau Monde (un Hollandais naturalisé anglais nommé Henry Andrew Francken).
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander