L’Encyclopédie faite loge : Les Neuf Sœurs
Diplôme de la loge Les Neuf Sœurs, avec la signature de Benjamin Franklin
Estampe de Pierre-Philippe Choffard (graveur), d’après un dessin de Charles Monnet, 1785.
Papier, encre, sceau en cire, 510 x 700 mm
Paris, musée de la Franc-maçonnerie. Num. inv. 2012.016
© Musée de la Franc‑maçonnerie
Diplôme de maître de la loge Les Neuf Sœurs pour le peintre Claude‑Jacques Notté (1752-1837). Cette pièce exceptionnelle qui porte la signature de Franklin comme « Vénérable Maître » est l’un des très rares documents qui ait subsisté de son engagement maçonnique. On y distingue les signatures de plusieurs personnalités des arts et des lettres des années 1780, dont celles de l’avocat Élie de Beaumont, du naturaliste Lacépède, de Claude Guyot Desherbiers (magistrat et législateur, grand-père d’Alfred de Musset), du musicien Niccolo Piccinni ou des peintres Jean‑Baptiste Greuze et Joseph Vernet.
Cette loge symbolise presque à elle seule les liens entre les Lumières et la franc-maçonnerie : les Neufs Sœurs. Fondée par Helvétius puis dirigée par l’astronome Jérôme Lalande, on y retrouve une bonne partie du Paris intellectuel et artistique des années 1770-1780.
L’initiation de Voltaire aux Neuf Sœurs, lors de son dernier voyage dans la capitale en 1778, apparut comme une manifestation du Parti philosophique.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu