Les Neuf Sœurs sous la Révolution
Tribut de la Société nationale des neuf sœurs, ou Recueil de mémoires sur les sciences, belles-lettres et arts, et d’autres pièces lues dans les séances de cette société
Paris, Onfroy, 14 juillet 1790-décembre 1790.
n-8o, livre imprimé, papier, 220 x 255 mm
BnF, Bibliothèque de l'Arsenal, 8-H-23852
© Bibliothèque nationale de France
Inaugurant significativement sa parution le jour de la fête de la Fédération, ce mensuel n’est pas celui de la loge, mais de la société des Neuf Sœurs ; de même, il use du calendrier grégorien et omet toutes les abréviations maçonniques. Autant dire qu’il veut accroître son audience dans le monde académique, auquel la loge est pourtant déjà liée. Les articles, sur les sujets les plus variés, émanent d’une rédaction dirigée par Edmond Cordier, « agent général de la Société », ci-devant abbé Cordier de Saint- Firmin (1743-1826), qui fut un temps vénérable de la loge.
La livraison d’octobre 1790 est consacrée à la relation de l’hommage rendu à Benjamin Franklin le 21 septembre, qui venait de disparaître quelques mois plus tôt. La cérémonie mêle éloges académiques, morceaux de musique, expériences sur l’électricité, présentation d’un buste de Franklin. Comment plus harmonieusement concilier « sciences, belles‑lettres et arts » ?
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander