Le Serment du Jeu de paume
Gravure de Jean Pierre Marie Jazet, d'après un dessin de David
Paris, chez Giraldon-Bovinet, v. 1825.
Eau-forte, aquatinte, papier, 355 x 540 mm
BnF, département des Estampes et de la photographie, RÉS. QB-370 (9)‑FT4
© Bibliothèque nationale de France
Icône de la Révolution française, Le Serment du Jeu de paume, de David, n’est probablement pas, au sens strict, une œuvre maçonnique… mais la franc-maçonnerie a inspiré certains aspects du tableau comme quelques-unes des poses « symboliques » des personnages représentés… dont beaucoup – deux cents des mille députés aux États généraux – sont maçons. Le tableau ne sera finalement jamais réalisé mais, à partir de nombreuses études du peintre, l’image se diffusera avec les estampes de Vivant Denon (en 1794) et, surtout, de Jazet (en 1822).
David a appartenu à la loge La Modération avant la Révolution. Dans un premier temps, les maçons comme toute la société française, vont accueillir avec enthousiasme les événements de 1789. Ils y voient l’application à la société des principes des Lumières. À partir de 1792, l’opinion maçonnique, qui est majoritairement girondine, va se diviser. La plupart des loges seront brisées par la Terreur. Les francs-maçons reviendront sur le devant de la scène sous le Directoire, dans lequel beaucoup de frères voient une tentative de république modérée gouvernée par la Raison.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander