Tableau de la loge Les Frères discrets
La Marseillaise
Rouget de l’Isle, XVIIIe siècle
Copie de la main de l’auteur.
Manuscrit, papier, 250 x 200 mm
BnF, département des Manuscrits, NAF 4299
© Bibliothèque nationale de France
Officier d’artillerie et poète à ses heures, Claude Joseph Rouget de l’Isle (1760-1836) appartint au début des années 1780 à la loge Les Frères discrets de Charleville. C’est par la franc-maçonnerie qu’il connut Philippe-Frédéric de Dietrich, le maire de Strasbourg. À la demande de celui-ci, il compose plusieurs chants patriotiques dont Le Chant de guerre pour l’armée du Rhin, le 25 avril 1792, chanté par Philippe-Frédéric de Dietrich lui-même pour la première fois en public dans son salon. Celui-ci connaît un certain succès. Quand l’Assemblée déclare la « patrie en danger », ce sont des fédérés marseillais gagnant le front qui entonnent et répandent sur leur chemin le chant de Rouget de l’Isle – qui devient donc La Marseillaise.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander