Livre d’architecture de la Première Grande Loge avec la mention « Liberté, Égalité, Fraternité »
Grand livre d’architecture de la Très Respectable Grande Loge de France, du 9 février 1789 au 5 juin 1798, ouvert à une page de l’année 1795.
Manuscrit, 175 pages, 220 x 345 mm
Paris, archives GLDF
© GLDF
Ce manuscrit relate la vie et les décisions prises par la Très Respectable Grande Loge de France dans ses réunions de quartiers (trimestrielles) du 9 février 1789 au 14 mai 1798, avec, en filigrane les événements révolutionnaires, ainsi que les auspices successifs sous lesquels cette Grande Loge se plaçait : « sa majesté le roi, notre auguste monarque », « le roi comme chef du pouvoir exécutif et premier citoyen français » pour que finalement la « première santé au ci-devant roi » soit remplacée par celle de la « Nation comme souveraine ». L’évocation du Grand Architecte de l’univers évolue également de « l’Éternel que l’on bénit » à l’« Être Suprême ». Mais le fait le plus intéressant est l’apparition, en 1795, de la formule « Liberté, Égalité, Fraternité » qui figure dans le préambule de la Constitution de 1848.
Une première version de la devise voit le jour en avec la proclamation de la République le 22 septembre 1792, quand les révolutionnaires adoptent la devise : « Unité, indivisibilité de la République, Liberté, Égalité, Fraternité ou la mort ».
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu