La IIe République : Victor Schoelcher et l’abolition de l’esclavage
La IIe République : Victor Schoelcher et l’abolition de l’esclavage
Portrait de Victor Schoelcher
Atelier Nadar, n° 0448
Photographie positive sur papier albuminé [nég. sur verre], 85 x 58 mm, d’après des prises de vue réalisées entre 1855 et 1890
BnF, département des Estampes et de la photographie, NA-235 (2)-FT4
© Bibliothèque nationale de France
En 1830, de très nombreux francs-maçons sont impliqués dans les Trois Glorieuses. L’échec politique des libéraux de progrès à partir de 1834 accentue le brassage des idées nouvelles dans les loges, les frères débattent des premières théories socialistes, du saint-simonisme et du fouriérisme. Parallèlement, la franc-maçonnerie s’ouvre plus aux catégories populaires. 1848 voit l’émergence de la première génération de loges engagées. Le gouvernement de la IIe République compte de nombreux maçons dont Victor Shoelcher, qui fait aboutir son généreux combat pour l’abolition de l’esclavage.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu