1747 : révélations sur la franc-maçonnerie
Larudan et Henri-Charles Arnauld de Pomponne, Les Francs-maçons écrasés. Suite du livre intitulé l’Ordre des francs-maçons trahi…, Amsterdam, 1747
Gravure de Simon Fokke (1712-1784).
In-8°, frontispice et page de titre
BnF, département Philosophie, Histoire et Sciences sociales, H-17194
© Bibliothèque nationale de France
Faisant suite à une première vague de divulgations parues dès 1742 (L’Ordre des francs-maçons trahi et le secret des Mopses révélé, de l’abbé Gabriel‑Louis Pérau, bien informé, une seconde fièvre éditoriale se déclare en 1747. Répondant à la curiosité du public, intrigué par l’essor soudain de l’ordre, elle sera suivie de beaucoup de publications à l’information moins sûre, et aux révélations de moins en moins inédites. Celle-ci, peut-être due à l’abbé janséniste Henri-Charles Arnauld de Pomponne (1669-1756), contient, outre une page de titre ornée d’emblèmes maçonniques, plusieurs planches gravées et un frontispice satirique dû à Simon Fokke (1712-1784). Elle est l’une des premières publications à comporter ce mélange de moquerie, d’information et de polémique qui sera le substrat de l’antimaçonnisme jusqu’à aujourd’hui.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander