Lettre du vénérable de la loge Henry IV au Grand Orient concernant la réception d’Abd el-Kader, le 26 août 1865
Abd el-Kader, un pont entre l’Orient et l’Occident
Photographie Gustave Le Gray (1820‑1884).
BnF, département des Estampes et de la photographie, EST QE-842-4
© Bibliothèque nationale de France
Lors des graves troubles interconfessionnels qui ensanglantèrent Damas en 1860, Abd el-Kader accorda sa protection à des milliers de chrétiens qui sinon auraient été massacrés. À la suite de cette action héroïque en faveur de la tolérance religieuse, la loge Henrie IV du Grand Orient de France lui proposa l’initiation maçonnique. La cérémonie fut conduite, par délégation, par la loge Les Pyramides, le 18 juin 1864, à Alexandrie. Disciple d’Ibn Arabi, personnalité charismatique des confréries soufies, Abd el-Kader (1808-1883) expliqua à ses frères qu’il voyait dans la franc-maçonnerie « la plus admirable institution de la Terre » et un cadre pour rapprocher l’Orient et l’Occident.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu