René Guilly (René Désaguliers) (1921-1992)
Avec les décors de maître maçon selon le rite anglais
Londres, 1970.
Cette photographie remonte aux débuts des années 1970 et se situe à Londres, dans les jardins du 104 Maida Vale, où siégeait alors l’ordre de la Franc-maçonnerie mixte, ancienne et acceptée.
Issu d’une famille de la bourgeoisie républicaine, René Guilly (René Désaguliers) (1921-1992) est d’abord marqué par les idées de Jean Giono et suit des études de lettres. Lié à plusieurs artistes d’après-guerre, il fait une première carrière de critique d’art au journal Combat, avant de devenir l’assistant de Germain Bazin au musée du Louvre. Il poursuit ensuite sa carrière à la Direction des musées de France. Cependant, l’engagement essentiel de sa vie, dans l’ordre intellectuel et spirituel, il le contracte en 1951, lorsqu’il est initié dans la loge La Clémente Amitié du Grand Orient de France. Mais, dès cette époque, il s’interroge sur la nature de la tradition maçonnique, sur ses sources et sur l’intégrité de son corpus rituel et symbolique.
Il rencontre l’équipe qui anime la revue Le Symbolisme et son rédacteur en chef, Marius Lepage, avec lequel il noue une profonde amitié et un véritable compagnonnage intellectuel. Marius Lepage lui fait découvrir les travaux de la recherche maçonnique anglaise et notamment un ouvrage intitulé Early Masonic Catechisms, qui présente les plus anciens rituels connus. René Guilly découvre alors combien le retour aux documents fondateurs éclaire, explique et vivifie les usages, symboles et rites de la franc-maçonnerie. L’étude et la pratique de la tradition maçonnique selon cette approche deviennent l’œuvre de sa vie. Renaissance traditionnelle, le titre de la revue qu’il fonde en 1970, illustre cette démarche. Il est l’auteur de très nombreux articles, dont certains, particulièrement importants, ont été republiés dans deux livres posthumes : Les Pierres de la franc-maçonnerie, de la première pierre à la pierre triomphale (1995), Les Deux Grandes Colonnes de la franc-maçonnerie (1997). De 1986 à 1991, il apporte une contribution majeure au classement de la série FM4 (rituels) du fonds maçonnique de la Bibliothèque nationale de France.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu