Louise Michel (1830-1905)
Portraits de condamnés de la Commune de Paris
Ernest Appert, 1871.
Tirage sur papier albuminé d'après négatif sur verre au collodion
BnF, département des Estampes et de la photographie, NA-BOITE FOL
© Bibliothèque nationale de France
Figure emblématique de la Commune de Paris de 1871, Louise Michel est déportée suite à la Commune en Nouvelle-Calédonie où elle s'éveille à la pensée anarchiste. Rentrée en France en 1880, elle multiplie les manifestations en faveur des prolétaires. Elle reste surveillée par la police et est emprisonnée à plusieurs reprises, mais poursuit inlassablement un activisme politique important dans toute la France jusqu'à sa mort en 1905 à l'âge de 74 ans.
Ayant connu de nombreux francs-maçons, louise Michel n'entre que très tardivement en maçonnerie car elle croyait « qu'on n'y acceptait pas les femmes ». Sur proposition de Madeleine Pelletier, elle est initiée le 13 Septembre 1904 au sein de la Loge La Philosophie Sociale de la Grande Loge Symbolique Écossaise maintenue et mixte. Elle donne sa première conférence dès le lendemain au sein de la Loge Diderot sur le thème du féminisme.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander