Lutrin d'église
Carnet de dessins de Villard de Honnecourt
Croquis et dessins au crayon et à l'encre par l'auteur.
Parchemin, 33 feuillets, 232 × 152 mm. Reliure cuir, en forme de portefeuille
BnF, département des Manuscrits, Français 19093, f. 7
© Bibliothèque nationale de France
Villard a dessiné en perspective « cavalière », comme en plongée, cet accessoire mobilier. Ce lutrin, dont la maigreur et la multiplicité des divers éléments laissent penser à Lassus qu'il est en cuivre, se compose, à sa base, d'un plateau triangulaire de sous lequel dépassent les têtes et les pattes antérieures de trois petits animaux, souris ou loirs, sur lesquelles, comme sur des pédales, l'officiant pouvait discrètement appuyer du pied. Il pouvait ainsi faire bouger, grâce à des cordelettes passant dans les tubes supportant la tablette supérieure, l'aigle qui semble identique à l'aigle articulé dont Villard dévoile le mécanisme page 44.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander