Engin de guerre, trébuchet
Carnet de dessins de Villard de Honnecourt
Croquis et dessins au crayon et à l'encre par l'auteur.
Parchemin, 33 feuillets, 232 × 152 mm. Reliure cuir, en forme de portefeuille
BnF, département des Manuscrits, Français 19093, f. 30
© Bibliothèque nationale de France
À l'époque de Villard, le trébuchet était d'apparition récente, mais n'était pas une nouveauté, Villard a cherché à le perfectionner, en inventant un engin lançant des flèches, en fait des énormes missiles de quelque cent kilos, capables, à deux cents mètres de portée, de perforer une poterne, de détruire un pont, de faire effondrer des hourds ou des toitures, ou de mettre hors de combat plusieurs rangs d'hommes ou de chevaux.
Les ingénieurs de la Renaissance, plusieurs siècles après Villard, ont laissé des projets d'engins lançant d'énormes flèches, mais qui auraient nécessité d'être repointés après chaque coup. De fait, on n'a aucune trace qu'on ait réussi à les construire. Un modèle réduit au 1/50e réalisé par Roland Bechmann (l'appareil de Villard aurait eu 18 mètres de hauteur) a permis de montrer qu'ici aussi, Villard était fiable et qu'un tel engin fonctionnait et pouvait tirer coup sur coup sans bouger, ce qu'a confirmé le trébuchet de plus grandes dimensions construit ensuite par le compagnon Renaud Beffeyte. Ces réalisations ont permis de calculer les portées que pouvait atteindre un tel engin, le poids des missiles qu'il pouvait projeter et leur vitesse initiale.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander