François Ier
BnF

Testons et médailles à l'effigie de François Ier

Le portrait au sens d'image reconnaissable de l'apparence physique d'un individu est encore assez rare à l'avènement de François Ier, en 1515. Il s'est développé assez lentement pendant la période de transition entre ce que nous appelons le Moyen Âge et la Renaissance, c'est-à-dire le début des temps modernes. Il se répand au XVIe siècle et devient un important instrument politique, car « le fait de pouvoir être ainsi reconnu, identifié par tous, c'est l'apanage du roi ». La plupart des gens à qui ces portraits s'adressent n'ont jamais vu le roi. Par conséquent, le plus important n'est pas tant la ressemblance effective de telle ou telle image par rapport au modèle vivant que la possibilité de reconnaître l'individu d'une image à l'autre. Pourtant, la ressemblance effective avec l'apparence du souverain et son évolution au cours des ans reste une préoccupation véritable, ce qui fait que l'on voit la physionomie du roi François prendre forme et se définir petit à petit.