Allégorie de la Tempérance
Enluminure de Guillaume Leroy, dans François Demoulins, Traité sur les vertus cardinales, Lyon, vers 1510.
Parchemin, 290 × 202 mm
BnF, département des Manuscrits, Français 12247, fol. 12 r°
© Bibliothèque nationale de France
La Tempérance, sous les traits d’une jeune fille assise sur un trône, tient captifs Cupidon, le petit dieu ailé, et Cupidité, une femme tenant des sacs de pièces. Le décor architecturé est emprunté à une gravure du Poliphile, où la reine Artémise boit les cendres de son mari. L’œuvre de Colonna est en effet la source directe de Demoulins quand il invente la devise de la salamandre, qui, en se nourrissant du feu de la Sagesse et en éteignant le feu des passions mauvaises, invite à la tempérance.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander