Essai d’écu d’or à l’effigie
L'une des rares pièces d’or à l’effigie de François Ier
Gravé par Claude Le May [?], 1532.
Diamètre : 27 mm
BnF, département des Monnaies, Médailles et Antiques, G 264
© Bibliothèque nationale de France
Le royaume de France était depuis longtemps habitué à l’écu d’or. Si le portrait du roi figurait sur une pièce d’or, ce devait être sur celle-ci. On connaît un unique essai d’un écu d’or « à l’effigie », daté de 1532, sans doute attribuable à Claude Le May. Au contraire de l’essai précédent, celui-ci est tout à fait « français ». Le portrait est similaire à ceux que l’on trouve alors sur les testons : buste du souverain vêtu d’un pourpoint, visage barbu et tête portant la couronne royale fermée. L’ensemble, bien qu’expressif, manque toujours de relief et de modernité. On sait, par des sources écrites seulement, que le graveur Martin Le Gault avait lui aussi réalisé du matériel afin de produire un écu d’or à l’effigie du souverain quinze ans plus tôt, ce qui confirme la volonté du pouvoir de parvenir à réaliser une pièce d’or présentant le portrait du roi. Pour autant, aucun de ces projets ne fut retenu, et il faut attendre le début du règne d’Henri II pour que le royaume se dote enfin d’un écu d’or «  à l’effigie » du roi.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu