« Des faictz et gestes du roy Francoys premier de ce nom »
Reliure au médaillon à l’effigie de François Ier
Sur Bartholomaeus Westheimer, Phrases seu modi loquendi divinæ scripturæ, Paris, Jean Ruelle, 1544, in-8°. Paris, vers 1545.
Veau roux sur plats de carton, décor doré et filets estampés à froid. Hauteur : 17,2 cm ; largeur : 11,2 cm ; épaisseur : 3,8 cm
BnF, Réserve des livres rares, RÉS-P-X-446
© Bibliothèque nationale de France
Qu’il s’agisse de peintures, d’enluminures, de dessins, de gravures, de monnaies ou de médailles, l’attention portée au portrait royal et à sa diffusion participe pleinement sous le règne de François Ier à l’entreprise de glorification de l’image du souverain et à la célébration de ses fonctions régaliennes. Plus modestes mais non moins révélateurs de la réception et du succès de cette propagande sont les deux médaillons circulaires gravés à l’effigie de François Ier que l’on répertorie à ce jour, dorés sur six reliures qui n’ont jamais été destinées au roi.
Le premier médaillon offre le profil schématique d’un homme barbu coiffé d’un chapeau à plumet et vêtu d’un pourpoint, inscrit dans un cercle au double pourtour ourlé de flammes et de fleurs de lys, avec l’inscription « f/rex ». Utilisé en paire avec un médaillon au profil fantaisiste de Didon, il orne deux reliures en veau brun datables du début des années 1540, respectivement sur des Horæ à l’usage de Rome (Paris, Simon Du Bois, 1527, avec un almanach de 1527 à 1541) et sur un recueil de quatre oraisons de Cicéron (Paris, M. de Vascosan, 1541-1543). Cette dernière reliure propose un décor complet, organisé au plat supérieur autour d’un bloc aux armes de France et, au plat inférieur, d’une plaque à la salamandre couronnée, accompagnée des lettres « M », « I », « D » et « P » (non élucidées), identique à celle qui a été frappée sur la reliure de dédicace de la De chirurgica institutione de Tagault (Paris, Chrétien Wechel, 1543).
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu