Médaille de François Ier commémorant la victoire de Marignan
Trophée, vers 1515.
Argent, revers
BnF, département des Monnaies, Médailles et Antiques, Série royale 65
© Bibliothèque nationale de France
Dès son accession au trône, François Ier fait valoir les droits de son épouse Claude sur le Milanais. Il obtient le soutien de Venise mais échoue à obtenir celui des mercenaires suisses qui avaient servi Charles VIII et Louis XII lors des précédentes campagnes d’Italie. Faute d’avoir vu leurs indemnités de guerres payées, ceux-ci sont passés au service du duc de Milan. Au printemps 1515, le roi rassemble des troupes et franchit les Alpes en août au col de l’Argentière. Les Suisses positionnés à l’est des Alpes se replient vers Milan. L’échec des négociations entre les belligérants conduit à la rencontre des armées à Marignan, petite localité à 16 km au sud-est de la ville. Le combat s’engage le 13 septembre ; le 14, les troupes suisses battent en retraite devant l’armée royale qu’ont rejointe des troupes vénitiennes. François Ier prend le contrôle du Milanais. Si le prestige acquis par le roi est immense, la fixation iconique de cette victoire reste limitée. Outre quelques représentations traditionnelles, émerge cependant l’image d’un imperator victorieux, nouveau César, tandis que la victoire, qui a eu lieu le jour de la fête de la Sainte-Croix, est attribuée à l’intervention divine.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander