2e rondeau : François Ier rend grâce à la puissance divine qui l'a protégé à Marignan
Interprétation du psaume XXVI, Dominus Illuminatio mea, avec allusions à la vie de François Ier par François Demoulins, avec dessins à la plume de Godefroy le Batave, France, 1516.
BnF, département des Manuscrits, Français 2088, fol. 1v
© Bibliothèque nationale de France
Identifié par les initales « R.F. » (rex Francorum / roi de France), le roi est représenté en costume de cour, jeune et imberbe et les cheveux mi longs, comme sur les premiers portraits que l'on connaît de lui. Il porte le collier de l'ordre de saint Michel, mais a déposé à terre sa toque et son sceptre pour s'agenouiller devant un ange qui porte le glaive divin. Le commentaire relie cette scène à la bataille de Marignan, commencée le 13 septembre 1515 : la victoire remportée le lendemain est attribué au miracle de l'intervention de la Puissance divine.

Transcription du texte :
« Dominus protector vitae meae, a quo trepidabo ? »
Le roi recougnoissant que le gleyve de Divine puissance s’est approché de luy pour le défendre, pansant à la dure journée du grand vendredi XIIIe de septembre dyt humblement :
« Noustre Seigneur est protecteur de ma vie, de quy doncquez auray-je peur ? »
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander