18e rondeau : La mort de Ferdinand d'Aragon
Interprétation du psaume XXVI, Dominus Illuminatio mea, avec allusions à la vie de François Ier par François Demoulins, avec dessins à la plume de Godefroy le Batave, France, 1516.
BnF, département des Manuscrits, Français 2088, fol. 9v
© Bibliothèque nationale de France
Agenouillé devant la Vierge à l'Enfant, François Ier désigne le tombeau du roi d'Aragon. La mort de Ferdinand le Catholique, survenue le 3 janvier 1516, est pleurée par les ennemis du roi de France : l'empereur Maximilien, deux rois (sans doute Charles nouveau roi des Espagnes et Henri VIII d'Angleterre ?), et un soldat suisse. Avant Marignan, Maximilien et Ferdinand avait adhéré à la Ligue conclue pour la défense de l'Italie avec le pape et le duc de Milan.

Transcription du texte :
« Ne tradideris me in animas tribulantium me, quoniam insurrexerunt in me testes iniqui, et mentita est iniquitas sibi ».
Le Roy estant à genoux davant le petit Jesus monstrant avec la main un empereur, deux roys et ung Souyce qui pleurent auprès du sepulchre du roy d'Arragon dyt affectueusement :
« Ne me vueille destruyre et affoler selon le désir de mes ennemys qui portent faulx tesmoignage contre moy, car leur iniquité et impiteuse malice leur a menti ».
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander