Dessin d’une tapisserie à l’emblématique de François Ier
Tapisserie à fond bleu brodé d'F couronnés et de fleurs de lis dans les mailles d'un filet. Aquarelle, avant 1711
BnF, département des Estampes et de la photographie, AD-110 (1)-FOL, fol. 85 (Gaignères, 1)
© Bibliothèque nationale de France
La tradition faisait de la salamandre le symbole des justes remplis du feu de l'amour divin, mais aussi celui des pécheurs brûlant d'amour charnel. Aussi l'évêque de Meaux Guillaume Briçonnet utilise-t-il cette double symbolique de la salamandre dans une lettre du 22 décembre 1521 adressée à Marguerite d'Angoulême, sœur du roi. La salamandre diabolique, éteignant le feu divin, "faisant sa nourriture de feu bastard et adultere, gisant au feu de plaisir et concuspicence" y est opposée à la salamandre de Dieu, proposée en modèle à la famille royale, car "nourrie en la fournaise des graces et dons de Dieu" et "estaingnant tout feu estranger, adultere et malin de peché" (BnF, Manuscrits, fr. 11495, fol. 90 et 98-98 v).
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander