La salamandre protectrice des lettres
Homère, Le premier livre de l’Iliade, traduit par Hugues Salel. Paris, avant 1542.
BnF, département des Manuscrits, Français 2497, fol. 1
© Bibliothèque nationale de France
La salamandre est enroulée dans un phylactère portant la devise légèrement modifiée « Nutrico et extinguo » (c'est à dire "je nourris les bons esprits et j'écarte les mauvais"). C'est là un appel à François Ier pour qu'il joue le rôle de mécène et protecteur des Belles lettres.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu