Catherine de Medicis (1519-1589), reine de France, en veuve à soixante ans
Portraits dessinés de la Cour de France
François Clouet (vers 1520-1572), vers 1560.
Pierre noire et sanguine, 345 x 243 mm
BnF, département des Estampes et de la photographie, RÉSERVE NA-22 (4)-BOITE
© Bibliothèque nationale de France
Après la mort d'Henri II en 1559, la reine, âgée de quarante ans, profondément touchée, porta le deuil toute sa vie et resta vêtue de noir. Elle exclut, pour elle, le luxe vestimentaire qu'elle affichait du vivant de son mari, et s'habilla de robes de laine noire. À deux reprises, lors des mariages de Charles IX et Henri III, elle arbora des robes de soie et de velours sombre. Elle joua de ses vêtements de veuve comme d'un pouvoir. Elle se servit également de son deuil pour exalter la mémoire du roi défunt. Dans son hôtel, sa demeure personnelle, elle fit construire une colonne colossale dont la décoration indiquait qu'il s'agissait d'un monument de piété conjugale. La douleur et la fidélité de la reine y étaient symbolisées par un semis d'ornements en relief, fleurs de lys, cornes d'abondance, miroirs brisés, lacs d'amours déchirés, C et H entrelacés. Cette colonne, seul vestige de ce lieu, est appelée Colonne de l'horoscope. La suite de tapisseries, L'Histoire de la reine Artémise, dédiée à Catherine de Médicis, exalte aussi l'amour que la reine portait à son époux défunt, l'éducation exemplaire qu'elle donnait à son fils et les réalisations architecturales dont elle était l'initiatrice.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander