Marguerite de Valois, enfant
Portraits dessinés de la Cour de France
François Clouet (vers 1520-1572), vers 1555.
Pierre noire et sanguine
BnF, département des Estampes et de la photographie, RÉSERVE NA-22 (16)-BOITE
© Bibliothèque nationale de France
Fille d'Henri II et Catherine de Médicis, sœur des rois François II, Charles IX et Henri III, maîtresse du duc de Guise, elle épousa Henri de Navarre, le futur Henri IV, en 1572. Ce mariage qu'aucun des deux ne désiraient, aboutit rapidement à une séparation. Nymphomane, sa conduite légère et ses intrigues en faveur du duc d'Alençon, entraînèrent une mésentente avec son frère Henri III. Elle fut éloignée de la cour. Elle tint alors, à Nérac, une cour brillante. Très cultivée, elle écrivit des poésies et des Mémoires. Enfermée à Usson en Auvergne de 1587 à 1605, elle y séduisit le gouverneur, avec lequel elle vécut plusieurs années. Elle accepta l'annulation de son mariage avec Henri IV en 1599 en faveur de Marie de Médicis. Elle s'y était opposée lorsqu'il s'était agi de la maîtresse du roi, Gabrielle d'Estrées. Elle revint à Paris en 1605.
Ce singulier portrait d'enfant de la future reine âgée de deux ans, exécuté par Clouet, révèle déjà sa forte personnalité. L'intensité de l'expression, la vivacité contenue, la tension qui émane de ce visage d'enfant, en font l'une des plus remarquables interprétations de Clouet. La fillette est coiffée en arcelets et porte un escoffion. En 1561, Catherine de Médicis envoya un portrait de Marguerite, âgée de huit ans, à don Sébastien de Portugal, son fiancé. Il fut très apprécié par la cour de ce pays. Nicot, l'ambassadeur de France, écrit alors : "Le portrait de Madame a tellement contenté tous ceux de ceste Court qu'il n'a esté possible de plus [...]." (E. Falgariolle, p. 65.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander