L’Hercule gaulois
Norme typographique et mise en page
Norme typographique et proportions du corps humain
Le Champ fleury. Au quel est contenu lart et science de la deue et vraye proportion des lettres attiques, quon dit autrement lettres antiques et vulgairement lettres romaines, proportionnees selon le corps et visage humain
Geoffroy Tory et Gilles de Gourmont, Paris, 1529.
Livre imprimé sur papier. Reliure en veau marbré, XVIIIe siècle
BnF, Réserve des livres rares, RÉS-V-516, fol. 18v-19
© Bibliothèque nationale de France
Superposant le dessin des caractères romains à celui du corps humain, Geoffroy Tory tire une signification symbolique des combinaisons entre le corps et la lettre. Le fait que la barre horizontale du A dissimule le sexe signifie par exemple pour lui que « Pudicité et Chasteté […] sont requises en ceulx qui demandent accès et entrée aux bonnes lettres » (f° 18 v°). Totalement arbitraire, cette pensée analogique n’est pas pour autant gratuite. Elle convertit les lettres en images mentales, elle les transforme en supports graphiques d’injonctions morales. Appelant à célébrer la pudeur en raison de la place de sa barre horizontale, le A majuscule est autant une lettre qu’un rappel constant à la vertu. La norme typographique se fait norme morale.
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu