"D'un pauvre vers, triumphante vesture" : la soie
"Du pur fourment (froment) la grange toute plaine"
"D'ung vieil mortboys nouvelle arbre de vie"
L'imprimerie
Enluminure d'Étienne Collault dans Chants royaux sur la Conception couronnés au Puy de Rouen, vers 1530.
BnF, département des Manuscrits, Français 1537, fol. 29v
© Bibliothèque nationale de France
Mise au point entre 1440 et 1450 par Gutenberg, l'imprimerie s'est rapidement diffusée dans les milieux universitaires et le lectorat aristocratique. Des ateliers d'imprimerie sont fondés en Allemagne, à Rome, puis en France (à la Sorbonne, vers 1470). L'imprimerie, en un premier temps, est destinée aux élites : les premiers livres imprimés (bibles, livres scolaires) sont en latin, et la production de livres en français baisse jusqu'à la fin du premier tiers du XVIe  siècle. Les puissants, séduits par la nouveauté, achètent des livres imprimés mais, paradoxalement, en font enluminer les images et les lettrines, renouant avec l'art du manuscrit enluminé.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander