Gallimard
Nous ne sommes pas responsables. Vous savez que ce n'est pas nous qui l'avons fait reparaître, qu'elle aurait reparu de toute façon, que la maison était fermée, sous scellés, qu'on voulait y mettre un administrateur allemand qui aurait eu à la disposition les fonds, les stocks, et aurait fait de notre maison une maison allemande… Il n'a pas dépendu de moi que la revue ait pris l'allure qu'elle a prise… Ainsi nous avons pu assurer la vie de la Maison, réimprimer tous nos auteurs, publier Gide, Saint-Ex, Aragon, etc.
Gaston Gallimard à Jean Paulhan, 1944
page précédente
page suivante