Gallimard
La NRF n'a jamais été autre chose que le contraire d'un mouvement doctrinaire ou dogmatique. Qu'y avait-il en effet de commun sur le plan des idées ou sur celui de l'actualité de jadis, entre Gide, Claudel, Valéry, Fargue, Apollinaire ou Paulhan ? En 1925-1930, la NRF n'était pas surréaliste mais elle publiait Eluard, Breton, Desnos ; en 1945, elle n'était pas existentialiste, mais elle a publié Sartre, Camus, Merleau-Ponty.
Claude Gallimard à Michel Polac, 27 mars 1969
page précédente
page suivante