Fiche de lecture : Qui fus-je de Henri Michaux
Jean Paulhan , 14 octobre 1925.
Manuscrit autographe
© Archives Éditions Gallimard
Nom et adresse de l’auteur :
H. Michaux
27, rue de Navarin (IXe)
Titre du manuscrit : Qui je fus
Lu le 30 juin 25
Rendu le 15 octobre 25
Avis n° 1

Biographie : environ 25 ans. A voyagé.
Bibliographie :
Le Rêve et la jambe
Fable des origines
Divers : co-directeur avec Hellens du Disque vert.

L’auteur se parle à lui-même. Voici ce qu’ils disent, l’un ou l’autre :

Les tigres myopes ne font plus que de petits bons.
Si l’on pouvait unir demain à aujourd’hui, on pourrait peut-être attraper après-demain.
Je voudrais être rhinocéros et secouer le corridor.
Les organes sont des chemins ; la paresse de l’âme. En s’appliquant, on peut voir les yeux bandés par la peau du front, de la poitrine et même directement

Et ceci, qui me semble très bien :
Il arrivait… (p. 6)

Ce n’est pas détestable, quoique parfois obscur. Il y a de la ténacité, de la délicatesse et une foule de tentatives sympathiques pour forcer l’expression. Il y a aussi de petites plaisanteries, qui ne sont vulgaires que par un côté. Cela me paraît convenir à « Une oeuvre, un portrait ». Michaux écrira un jour ou l’autre de très belles choses ; c’en est peut-être déjà une.

J.P. Han

[
De la main de Benjamin Crémieux, au Vo]
Je trouve ces fragments beaucoup trop disparates et de valeur trop inégale pour être accueillis. Av. n° 2 ½

L’une des toutes premières fiches de lecture attestées.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu